Footer Mag'Immo  Actualités

Loyers : une progression en demi-teinte

Le parc locatif devient plus fluide et la hausse des loyers se ralentit. Avec bien sûr des disparités régionales.

Avec des taux d'intérêt bas et l'allongement de la durée des prêts, l'accession à la propriété a été favorisée et largement mise à profit.

En effet, pour un montant identique à celui dépensé dans un loyer et donc à fond perdu, un candidat à l'accession peut devenir propriétaire, pas forcément au même endroit et pas forcément d'un logement de même dimension, mais, au final, il sera propriétaire.

Cependant, tout le monde n'aspire pas à la propriété soit par principe, soit en restant locataire de son habitation principale mais avec l'objectif de devenir propriétaire d'une résidence secondaire qui, plus tard, deviendra résidence principale.

Ce dernier cas de figure n'est pas rare et fausse parfois les chiffres du marché de la location, le locataire rentrant étant prêt à accepter un bon prix pour signer le bail.

Reste que selon les diverses sources, qui reflètent aussi les différents marchés hexagonaux, les loyers marquent le pas. D'après l'observatoire Clameur dont SeLoger.com fait partie, les loyers fixés lors d'un changement de locataire ou de renouvellement de bail s'assagissent avec une hausse de 3,5% en 2006 contre 5,1% en 2005. Un ralentissement dû à l'offre de logements locatifs neufs présents un peu partout sur le territoire et par ailleurs à l'offre de logements anciens mal adaptés au confort actuel et sujette à négociations.

Cette tendance n'est bien sûr pas homogène. Dans certaines régions comme la Picardie, les Pays de Loire, le Centre et l'Ile-de-France, la hausse est inférieure à la moyenne. Dans d'autres régions comme la région Rhône-Alpes, le Languedoc-Roussillon, la Champagne-Ardenne, la Basse-Normandie, la Bretagne ou encore le Nord-Pas-de-Calais, la hausse se situe entre 3 et 4,5%. Et dans quelques rares contrées comme la Haute-Normandie, la Bourgogne, l'Aquitaine, le Midi Pyrénées, le Limousin, l'Auvergne et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur, les loyers ont grimpé au-delà de 4,5%. Mais à l'intérieur de ces régions, il existe également des micro-marchés. Ainsi, si l'Ile de France affiche une hausse globale de 2,4%, Paris marque une hausse de 4,9% (25,12€/m²) alors que la Seine et Marne ne bouge pas (13,48€/m²).

En région Paca, si l'augmentation est de l'ordre de 4,6%, Marseille affiche +8% (13,12€/m²) mais Nice seulement + 2,2% (14,66€/m²).

Enfin, toujours selon Clameur dont l'étude porte sur 500 000 références dans 639 villes, la tendance au ralentissement de la hausse devrait perdurer en 2007 et se situer entre 2 et 2,5%. Un bon point pour les locataires mais un manque à gagner pour les bailleurs qui risquent de les freiner dans l'entretien et l'amélioration de leurs biens.

Elisabeth Lelogeais
SeLoger.com – Mars 2007


29/03/2007